archives

L'Antiquité

Vous êtes ici : Notaires / Introduction / Histoire du notariat méridional / Les origines / L'Antiquité

Fragment d'un scriptorium en sapin
(84 x 40 mm), découvert sur le site gaulois de Saint-Roch (fouilles de la ZAC Niel, Toulouse).
Il s'agit du plus ancien objet de ce type découvert en Gaule. Les analyses ont montré la présence de traces de cire dans le replat interne. © Archeodunum

Sous l’Empire romain, deux fonctions liées à la rédaction d’actes ont coexisté, exercées d’une part par des notaires, et d’autre part par des tabellions (2), termes que l’on retrouvera au Moyen Âge pour désigner le notaire. 

Le notaire antique (notarius) est ce qu’aujourd’hui nous appellerions un secrétaire. Le terme apparaît dès le Ier siècle de notre ère pour désigner celui qui prend des notes tachygraphiques ou abrégées (nota, d’où le terme de notarius).

Les notarii sont souvent des esclaves ou des affranchis, rarement des hommes libres, sans connaissance juridique particulière, au service d’un maître. A partir du IIIe siècle, ont aussi été appelés notarii les secrétaires de l’empereur, des hauts fonctionnaires, des dignitaires de l’Eglise ; ils ont pu aussi servir de greffiers de tribunaux.

Le terme de tabellion apparaît, lui, à partir du IIIe siècle de notre ère. Le mot vient de tabella, diminutif de tabula qui désigne la tablette de bois enduite de cire sur laquelle étaient inscrits les actes privés des Romains. Le tabellion est un écrivain public ayant quelques connaissances juridiques auquel les particuliers peuvent faire appel pour rédiger leurs écrits, notamment les contrats. Les documents ainsi rédigés s’apparentent à des actes sous seing privé. Cette profession est progressivement reconnue par les autorités publiques au Bas-Empire. Mais leur production ne fait jamais preuve, même si elle peut constituer un élément de preuve (res non probata sed probanda). Les actes dressés ne sont pas revêtus de la fides publica, ils ne sont donc pas authentiques.

Enfin, existe un dernier personnage, souvent confondu avec le tabellion, le tabularius, fonctionnaire chargé à la fois de la conservation des archives et de l’insinuation des actes, c’est-à-dire de l’enregistrement des actes des tabellions dans les registres publics.

 

 Mentions légales Plan du site