archives

Cèdes volantes

Vous êtes ici : Notaires / Introduction / Typologie et richesse / Typologie des documents / Cèdes volantes

Les registres de brèves ne contiennent pas forcément tous les actes rédigés par un notaire. Certains notaires mettaient à part des actes reçus sur « cèdes volantes ». Il s’agit de minutes reçues sur des feuilles de papier isolées, qui ne sont pas intégrées aux minutiers. Cette pratique obéit sans doute à la même logique que la dissociation entre actes perpétuels et non perpétuels : restaient en liasse les actes à validité courte, comme les baux. Ces cèdes volantes, si elles n’ont pas été reliées, sont presque toujours perdues.

On en conserve toutefois plusieurs séries à Albi, par exemple pour Guillaume Pelissier, de 1575 à 1614 (211) et pour Jacques Pelissier de 1592 à 1619 (212). Ces cèdes volantes ont parfois été reliées, sans doute pour faciliter leur conservation. Les registres ainsi constitués peuvent correspondre à l’activité d’un seul notaire, tel Jean Galan à Castelnau-de-Montmiral, dont les registres factices (213) regroupent des actes sur feuilles volantes entre 1566 et 1577. Il peut s’agir aussi de reliures plus tardives rassemblant les actes volants de plusieurs notaires. Citons par exemple le registre 3 E 7/251, intitulé registre fait de liasses et fardeaux tant de Me Jean Galan que de Me Jean Cordier, qui contient des actes de Jean Cantalause, notaire qui instrumente au Verdier et à Saint-Bauzile (1556), de Jean Galan (1568-1587) et de Jean Cordier, tous deux notaires de Castelnau-de-Montmiral (1588-1623).

Cèdes volantes de Guillaume Pélissier (1575). Archives départementales du Tarn, 3 E 3/73.

 Mentions légales Plan du site