archives

Cartulaire Guiraud Amalric, 1248 (Marseille)

Vous êtes ici : Notaires / Introduction / Histoire du notariat méridional / Diffusion et perfectionnement du notariat (XIIIe-XVe s.) / La validation des actes

A l’image des notaires italiens qui rapidement ont noté les minutes des actes notariés qu’ils instrumentaient sur des registres papier, les notaires méridionaux, près de 100 ans plus tard, ont adopté la pratique du registre de minutes.
Le premier registre conservé est le « cartulaire » de Guiraud Amalric, notaire de Marseille ; il date de 1248. C’est à la fois le plus ancien registre notarié conservé en France et le premier sur papier.
Le « cartulaire » de Guiraud Amalric présente la particularité de contenir un très grand nombre d’actes liés à l’activité commerciale : il semble que le notaire Guiraud Amalric s’était spécialisé dans la rédaction des actes pour la communauté marchande de la ville.
La pratique des minutes consignées dans un registre se répand rapidement, depuis Marseille et la côte méditerranéenne jusqu’à l’intérieur des terres. Le plus ancien registre conservé dans le Tarn date de 1278 ; il contient les minutes de Pons Andrieu, notaire à Capdenac (Lot).
Ces registres sont tous composés de cahiers de papier. Ils sont contemporains de l’apparition de ce nouveau support d’écriture en France. Il semble d’ailleurs, comme en Italie, que les notaires ont été parmi les vecteurs de la diffusion du papier en France.

 Mentions légales Plan du site